Pyramides de Bosnie
Pyramides de Bosnie

La connexion des Pyramides et l'énergie de Tesla

Nikola Tesla considérait la terre comme l'une des plaques d'un condensateur et l'ionosphère formant l'autre plaque. Des mesures récentes démontre que la  tension entre les deux est 400 000 volts.

 

Avec ce principe et grâce à son invention, il disait pouvoir fournir de l'énergie gratuite, inépuisable en quantité, n'importe où sur terre pour tout le monde. C'est pourquoi il avait construit un premier prototype, la Tour Wardenclyffe, afin d'appliquer son fameux effet de pyramide.

 

Qu'en est-il exactement?

"Les lignes de force de la charge électrique additionné aux champs du soleil agissent sur les murs d'une pyramide.

Les équipotentielles magnétiques montrent une densité magnétique élevée au sommet. La tension de l'électricité augmente de 100 V par mètre. Le champ négatif terrestre atteint sa valeur maximale au sommet de la pyramide; au sommet de la pyramide de Gizeh, la tension est de 14.600 V. Cette pyramide est elle-même un condensateur qui accumule une charge électrique. Si une surcharge est ajouté, une décharge se produit au sommet, et, comme nous le savons actuellement, que le haut était ornée d'une pierre angulaire en or massif, un excellent conducteur. "

Tesla a voulu que sa tour soit très élevée pour augmenter la tension au sommet. Il voulait créer un éclairage artificiel dans la tour. Dans le tube de décharge avec un éclair naturel, la température monte à 30 000 ° C.  Tesla ne voulait pas gérer de telles températures si élevées parce que c'est un gaspillage d'énergie. La tour Wardenclyffe de Tesla aurait utilisé un transformateur pour produire une haute tension, ce qui aurait généré, au lieu d'un éclairage naturel, une "décharge de forte abondance d'ions énergique".

Pour accentuer l'effet de la pyramide, il avait imaginé de donner à la tour une forme de pyramide octogonale surmontée d'une demi sphère. Pourquoi octogonale ? Tesla ne l'expliqua pas, mais quand on lit ses mémoires, nous comprenons qu'il avait pressentit une discipline scientifique qui n'existait pas encore : la géobiologie, et la théorie des ondes de formes. Du point de vue de la physique classique, le fait que la tour soit octogonale est insignifiante.

 

"Dans tous les cas, la tension aurait été la même, mais sa forme lui apporté de la stabilité."

Cela soulève deux objections. La forme octogonale n'est pas une garantie de stabilité comparé à la forme carrée. S'il était vraiment à la recherche de la stabilité, une hausse hyperbolique, comme celle de la Tour Eiffel, aurait été mieux. La forme octogonale a des caractéristiques d'ondes très spéciales, il est possible que ce pur génie l'ai détectée sans être capable de théoriser.

Quant à la forme carrée des pyramides, l'ingénieur Gustave Eiffel l'a choisi pour sa tour, précisément parce qu'elle est une garantie de stabilité, comme les quatre jambes et l'élévation élargissement. Construit en 1889, notre tour national était déjà assez bien connu pour être son modèle. Comme Wardenclyffe Tower, la Tour Eiffel a un effet de pyramide qui en fait ramasser sur le haut, même sans une tempête, un courant continu. Son paratonnerre «fait» donc de l'électricité qui descend dans un câble pour être livré à la terre.

Ces déchets ne se limite pas à la Tour Eiffel. Toutes les toitures et charpentes métalliques font la même production, bêtement donné à la terre.

L'énergie Vril est libre, c'est son plus grand défaut dans notre monde de profit !


Le fait qu'il est entièrement écologique et inépuisable n'a aucun intérêt pour notre société capitaliste. Le fait qu'il est bénéfique à la fois pour l'esprit humain et la santé des personnes, des animaux et des plantes grâce aux vertus de l'eau de la foudre, a même beaucoup moins d'intérêt pour les profiteurs.


Malheureusement, Tesla n'a jamais été en mesure de terminer sa tour. Il n'a pas eu l'occasion de réaliser les expériences prévues sur Long Island qui cherchaient à faire tomber la pluie dans les déserts. D'autres avant lui avaient réussi cela. Nous savons que l'Egypte n'a pas toujours été désertique. L'historien grec Hérodote a écrit que «l'Egypte est un don du Nil." Mais c'était au 5ème siècle avant JC. Depuis lors, son climat n'a pas beaucoup changé, et pourtant il n'en a pas toujours été ainsi. L'Egypte prédynastique était plutôt un don des pyramides…

 

"Dans la période prédynastique, le climat égyptien est beaucoup moins aride qu'il est aujourd'hui. De grandes régions d'Égypte sont couvertes de savane et traversés par des troupeaux d'ongulés. Le feuillage et la faune sont donc beaucoup plus prolifique et la région du Nil est la maison d'importantes populations d'oiseaux d'eau. La chasse est une activité commune pour les Egyptiens et c'est aussi durant cette période que de nombreux animaux sont domestiqués pour la première fois ".


Et si vous allez encore plus loin, à un moment où, selon les égyptologues, cette région du monde était inhabitée, vous découvrirez une pluie surprenante. Pour un millénaire, au moins, une averse est tombée sur la vallée du Nil. Témoin de ces douches continuelles, le Sphinx et ses côtés profondément marquée par l'érosion pluviale. Selon les climatologues, le Sphinx doit avoir plus de dix mille ans, et provenir d'une période de fortes précipitations. On peut imaginer que les grandes pyramides de Gizeh sont aussi de cette période.

Nombreux sont les auteurs qui ont plus confiance aux climatologues qu'aux égyptologues, toujours embourbé dans une fausse chronologie, de fabrication récente, et dans leurs guerres intestines.

Bien sûr, ces derniers ont refusé la thèse des climatologues. Jamais un archéologue laissera un climatologues piétiner ses plates-bandes.

 

Continuer à rêver comme Tesla, permet de comprendre comment ces énormes masses, surmonté d'un couronnement d'or conducteur et recouvertes de plaques d'or, ont été utilisés comme capteur de foudre en déclenchant des tempêtes continuelles.

 

La pluie est tombée sans fin sur ces régions des pyramides, sous la supervision de techniciens qualifiés. Peu à peu, la connaissance a été perdue, les pyramides ont été privés de leur métal précieux, et l'Egypte à glissée vers l'aridité.

Contrairement à la tour Wardenclyffe, «la fonction des pyramides n'était pas du tout à produire des éclairs. Depuis leur construction, il y a des milliers d'années, les pyramides fonctionnent comme des générateurs d'ions négatifs. Afin qu'elles ionisent en permanence l'air ambiant, elles devaient être connectés à des sources d'ions négatifs. Le sous-sol de Gizeh contient de l'eau en abondance. Grâce à un effet piézo-électrique, ces ions s'accumulent dans les pyramides puis les évacués à leur apogée.

Ces pyramides sont faites d'une pierre contenant des cristaux qui captent les charges électriques de l'eau souterraine ».


Quant à l'effet piézo-électrique, il a peut-être joué aussi un rôle, il ne faut pas négliger la conductivité naturelle des roches et la polarisation en alternance. En outre, l'auteur de l'article cité en référence a ignoré les arcs de décharge, dont la fonction n'est pas architecturale. Les Égyptologues n'ont pas compris leur utilisation, mais un recours aux Annales Akashiques leur a permis de leur donner un nom parfait: les arcs de décharge étaient des arcs électriques qui effectivement envoyé des décharges !

Connecté à la pierre de faîte haut par des surfaces et des tiges métalliques, ils ont reçu l'énergie atmosphérique, accumulés et émis "une décharge de forte abondance d'ions énergique" dans la chambre d'Isis où le candidat à l'éveil était couché dans le sarcophage de pierre... cela pourrait-il être le "tronc d'Isis", où "le roi" aurait reçu l'illumination?

 

Source (en anglais) : http://www.apparentlyapparel.com/news/the-pyramid-energy-tesla-connection - Traduction Google

Bienvenue sur le Site Officiel des Pyramides de Bosnie en langue Française

Partenaires

Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
© Agence Star Com